Les orgues

Article conçu en collaboration avec Mme Marie-Louise Juif, organiste fidèle et passionnée, présidente de l’association Les Amis de l’Orgue de Phaffans la Baroche.

Logo officiel de l'association

En 1705, dans l’ancienne église, il existait déjà un orgue puisque les archives nous révèlent qu’une somme de quarante neuf livres baloises avaient été allouées pour sa réparation. En 1745, cet instrument existait toujours dans la nouvelle église reconstruite.

Orgue de Phaffans (cliquez pour l'agrandir)
L'orgue Verschneider de Phaffans (cliquez pour l'agrandir)

En 1845, le curé de l’époque décide alors d’acheter les orgues de l’ancienne église de Masevaux, mais à la suite d’un différend entre ce dernier et le conseil de fabrique (qui se terminera devant les tribunaux à Colmar), elles seront revendues à la paroisse de Grandvillars (90) la même année.

En 1858, son successeur achète pour 5000 francs des orgues neuves aux frères Verschneider. L’inauguration de l’instrument a lieu le 5 octobre 1858.

En 1934 les orgues subissent une première restauration, puis une autre de 1966 à 1974, avec agrandissement. Aujourd’hui l’orgue comprend 24 jeux.

Le buffet de bois sculpté (1858) est classé à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques depuis 1977. Il forme un bel ensemble composé d’un grand orgue à trois tourelles, dominant un positif de dos.

L’instrument comporte deux claviers et un pédalier : l’organiste joue donc avec les deux mains et les deux pieds. Le buffet ne permet de découvrir qu’une petite partie de l’instrument : tout se passe à l’arrière, à l’intérieur du buffet qui recèle environ 1500 tuyaux de toutes tailles, en métal ou en bois. En effet, l’orgue est essentiellement formé d’un groupement de tuyaux sonores qui parlent sous la pression du vent produit par un imposant soufflet. C’est donc un véritable orchestre que l’organiste tient à sa disposition avec différents jeux comparables à des instruments de musique : bourdons, flûtes, hautbois, bassons, cymbales, trompettes, clairons, etc.

Positif
54 notes 7 jeux
Grand Orgue
54 notes 13 jeux
Pédalier
27 notes 4 jeux
Accessoires
4 cuillères de combinaison
Bourdon 8
Montre 4
Flûte 4
Gambe 4
Quarte de Nazard 2
Cymbale III
Basson-Hautbois 8
Bourdon 16
Montre 8
Bourdon 8
Salicional 8
Flûte harmonique 8
Prestant 4
Quinte 2 2/3
Doublette 2
Tierce 1 3/5
Fourniture III 1 1/3
Cymbale II 1/2
Trompette
Clairon
Flûte 16
Flûte 8
Flûte 4
Trompette 8
Tirasse GO - REC
Accouplement II/I
Trémolo POS

Royal Dutch Association of Organists

Koninklijke Nederlandse Organistenvereniging : (KNOV)

Cette association, fondée le 16 janvier 1890, a un site très riche qui inventorie les orgues de tous les pays. Elle pointe un lien sur mon site  depuis le 28 août 2005. Voyez :  http://www.hetorgel.nl/links/lfrankrijk.htm

Note sur les organiers Verschneider

D’origine de Puttelange (57), cette famille d’organiers lorrains construisit des instruments dans tout l’est de la France de la fin du 18ième siècle et pendant tout le 19ième siècle. Ils firent de nombreux instruments dans le Haut-Rhin, surtout après la mort de Joseph Callinet. La dynastie Verschneider, compte en particulier :

  • Michel Verschneider (1729-1797)
  • Jean Frédéric Verschneider (1771-1844)
  • Jean Frédéric II Verschneider (1810-1884)

La qualité de leurs buffets en chêne sculptés est proche des buffets d’orgues du 18ième siècle. Leurs palettes sonores sont parfaitement bien adaptées au répertoire liturgique de la deuxième partie du 19ième siècle. Ces orgues sont appréciés des organistes à cause de leurs sonorités, des diverses combinaisons envisageables et de la possibilité de jouer un large répertoire. On a recensé 9 instruments provenant des ateliers Verschneider dans le Territoire de Belfort :

  • Bessoncourt (1859)
  • Bermont (1871)
  • Boron (1878)
  • Châtenois les Forges (1859)
  • Chèvremont (1858)
  • Giromagny (1874)
  • Lepuy-Gy (1882)
  • Phaffans (1858) (voir note ci-dessous)
  • Réchésy (1865)