Le moulins des Prés et de Denney

Les moulins de Deney et de BessoncourtDans cette page, il est question de moulins situés sur le territoire des villages voisins de Bessoncourt et de Denney. Les moulins de l’Autruche étaient amodiés en emphytéose, ce qui rendait les preneurs responsables de leur travail et les obligeait à entretenir les installations. Ils étaient construits sur un bief relié en amont à l’Autruche. Les hauteurs de chute étant faibles, il faut supposer que le débit de la rivière était plus important que de nos jours.

Le Moulin des Prés, nom qui le différencie du Moulin de Bois situé sur La Madeleine,  a appartenu à une famille d’Autrage, puis à François Moine, maire d’Angeot. Il était amodié par périodes de neuf ans pour un cens annuel de 400 livres, un sac de cinq quartes de farine et un sac d’orge égrugé.

Le Moulin de Denney a été amodié le 15 mars 1771 à un cabaretier de Felon pour «une quarte par semaine moitié grains moitié mouture et six chapons par an livrables à chaque Saint Martin d’hiver». Il s’engageait à le faire réparer.)
.

C : chemin - R : route vers Phaffans - B : le bief (cliquez)
C : chemin – R : route vers Phaffans – B : le bief

Ces moulins ont vu se succéder plusieurs familles de horsains et sont restés aux mains de véritables dynasties de meuniers : les Sibre (ou Sybre) au Moulin des Prés et les Monnier au Moulin des Bois. Ces familles se sont liées par mariage : en 1767 Joseph Sibre du Moulin des Prés épousa Marie Anne Monnier du Moulin des Bois.

Le moulin des Prés (Phaffans – Bessoncourt)

Vestiges du moulin des Prés (Bessoncourt) -Photo 1956)

Le moulin, un poème de Charles Grandmougin (importez en pdf)

Terminologie

  • Amodiation : exploitation d’une terre ou d’une mine moyennant une redevance périodique.
  • Emphytéotique : bail de longue durée (18 à 99 ans), qui confère au preneur un droit réel susceptible d’hypothèque.
  • Bief : canal de dérivation amenant l’eau à une machine hydraulique.
  • Horsain : Personne étrangère à une agglomération rurale, pour les habitants du pays.
  • Cens : redevance due par des tenanciers au seigneur du fief.
  • Egrugé : réduit en poudre, farine.
  • Anille, andille ou nadille ou fer à moulin : Pièce de fer en forme de X, de deux C adossés, de double hache ou de demi-cercle, percée d’un trou carré dénommé « oeil » dans lequel s’encastre l’arbre moteur. Fixée à la surface inférieure de la meule tournante, elle permet l’entraînement de celle-ci. Pièce essentielle, sa forme stylisée sert de symbole héraldique aux moulins.