Pierre Binder

Introduction

fin 1914 à début 1916, Pierre Binder est affecté au poste RG3 situé à Phaffans. Ce groupe de spécialistes a pour mission de localiser et d’écouter les émetteurs radio allemands par radio-goniométrie (d’où RG). Pendant son séjour dans notre village, il écrira ses souvenirs qu’il illustrera de photos de très bonne qualité, prises avec son « Kodak ».

En cherchant à localiser Phaffans sur Internet, Olivier Le Roy, son petit-fils, découvrit mon site. Il me proposa naturellement de publier les mémoires de son grand-père, témoignages précieux. Je le remercie ainsi que sa famille.

Pierre Binder à l’écoute au poste RG3 de Phaffans

Biographie

Biographie de Pierre Binder par son petit-fils Olivier Le Roy

Je n’ai pas connu mon grand-père, je ne connaissais pas Phaffans. À travers son récit j’ai découvert un peu des deux…

Pierre Binder est né en 1890 à Mulhouse (68) où il y fait ses premières études. Après un séjour à Moscou avec ses parents entre 1892 et 1900, il retourne à Mulhouse et effectue ses études secondaires.

Il satisfait ensuite à ses obligations militaires et passe un an au Telegrafen Bataillon N°4 à Karlsruhe, Compagnie Radio.

Au 8e Régiment de Génie. Sur sa manche : TSF

En 1911, il entre à l’École Supérieure de Chimie de Mulhouse et obtient son diplôme en juillet 1914, juste avant la guerre.

Tout de suite après, le 25 juillet, il part pour la France où ses parents avaient déjà émigré trois mois auparavant.

Il s’engage volontairement dans l’armée française et est incorporé au 8e Génie Radio sous le pseudonyme de Paul Buisson. Il est affecté ensuite au Service radio-goniométrique comme sapeur d’écoute, poste Rg3 à Phaffans.

Appelé en Septembre 1916 au G.Q.G., il est chargé de centraliser les renseignements sur la radio allemande qui commençait à se développer et s’est occupé en particulier de suivre les radios des Zeppelins, d’interroger des prisonniers radio, de seconder les Services du Chiffre et du 2e Bureau, grâce à ses connaissances de la radio allemande. En décembre 1917, promu au grade de sous-lieutenant, il devient chef du 5e Radio-goniométrique au G.Q.G. et contribue avec l’équipe du Capitaine Guitard, Chef du Service de décryptement du Quartier Général, au déchiffrage du radiogramme allemand du 28 mai 1918 qui fut décisif dans la victoire des troupes françaises.(voir la page du radiogramme).

Après la guerre, en 1919, il entre comme chimiste chez Gros-Roman à Wesserling et épouse, le 5 novembre de cette même année, Yvonne Stamm, fille de l’ancien gérant de l’usine Léon Stamm. De 1927 jusqu’en juillet 1942, il assure la direction de la Société d’impression des Vosges et Normandie à Bolbec (76). Alors que l’usine ferme par manque de matière première et de personnel, il rejoint sa famille réfugiée depuis 1940 dans sa propriété du Lot-et-Garonne aux environs de Nérac où il se met à l’agriculture en attendant l’évolution des évènements.

Il prend la direction de l’usine GROS-ROMAN du groupe BOUSSAC à Wesserling entre 1948 et 1953 puis prend sa retraite en Lot-et-Garonne où il décédera en 1963.

Initié par son père, puis plus tard par le peintre thannois Kammerer, il a profité de ses voyages et de ses promenades à pied dans les Vosges, qu’il affectionnait tant, pour faire des aquarelles laissant ainsi à ses six enfants le souvenir des endroits qu’il a aimés.

Ses insignes du 8e Génie

Cliquez pour agrandir

Sa gourmette au nom de Paul Buisson

Cliquez pour agrandir

Son carnet

Son carnet manuscrit

Page du carnet de Pierre binderLe carnet de Pierre Binder comprend 38 pages manuscrites, illustrées par ses photos que vous pouvez parcourir dans les pages Rg3 pages 1-6 à Rg3 pages 32-38.

Trois autres pages notées Album 1 à Album 3 regroupent trente trois autres photos de cette époque.


Carte postale de RG3

Carte postale au tampon du RG3

 

 


Les chapitres de cette page