Mesure du temps

Un maître alsacien

Portrait de JB SchwilguéJean-Baptiste Schwilgué (Strasbourg, 18 décembre 1776-15 décembre 1856). Mathématicien et horloger célèbre, fabricant d’horloges d’édifices il doit sa célébrité grâce au travail qu’il mena sur l’horloge astronomique de Strasbourg. Autodidacte, il étudia les mathématiques et l’astronomie puis se fit horloger. En 1808 il fut nommé professeur de mathématiques et vérificateur des poids et mesures à Sélestat. En 1827, il vint s’établir à Strasbourg, où il s’associa avec un autre mécanicien pour la fabrication de bascules et de ponts à bascule, qu’il dota d’importants perfectionnements.

Dans la cathédrale de Strasbourg, l’horloge astronomique de Dasypodius cessa de fonctionner peu avant la Révolution et resta dans cet état jusqu’en 1838. De 1838 à 1843, l’horloge fut transformée par Schwilgué qui avait rêvé de la réparer dès son plus jeune âge et cela resta la force directrice de sa vie. Les deux frères Ungerer, Albert et Théodore participèrent à cette restauration. C’est Théodore qui est venu évaluer la vieille horloge et les travaux à réaliser à l’église de Phaffans en 1855.

Réunissant des solutions mathématiques et mécaniques ingénieuses comme un globe céleste avec précession des équinoxes, les équations solaires et lunaires, un comput ecclésiastique, Schwilgué a été le premier à avoir traduit mécaniquement le calcul de la date de Pâques.  L’horloge astronomique de Strasbourg est l’une des horloges monumentales les plus perfectionnées et les plus complexes du monde. Les horloges d’édifice de Schwilgué devinrent des plus célèbres.  En 1858 la fabrique fut reprise par les frères Ungerer. La société disparut en 1989.

La méridienne

Méridienne de la mairie de Denney
Rare : une méridienne Ungerer sur la façade de la mairie de Denney

C’est un cadran solaire qui ne donne l’heure qu’autour du midi solaire. Il indique l’instant du passage du soleil dans le plan du méridien du lieu, d’où son nom. C’est alors le midi vrai local. À l’aide d’une table d’équation, on calcule, à partir de l’heure solaire locale, l’heure moyenne, celle qui régit le temps en France et dans tous les pays de notre fuseau horaire.

Aujourd’hui nous mettons nos montres à l’heure avec la radio,  la télévision, etc. Les horloges radio-pilotées, synchronisées par la base de temps d’une horloge atomique, n’ont plus jamais besoin d’être mises à l’heure. Lorsque Schwilgué fait son devis pour l’horloge de l’église de Phaffans et de celle de la mairie de Denney, ces technologies de la communication n’existaient pas. Il offrait ici le « nec plus ultra » de l’époque. Rappelons qu’il avait tracé une  curieuse méridienne, à l’intérieur de la cathédrale de Strasbourg, à proximité de l’horloge astronomique.

C’est un fait exceptionnel de trouver une méridienne sur la façade d’une mairie, ici à Denney. Dans le Territoire de Belfort elle représente un cas unique.  Elle permettait de régler une horloge Ungerer de calibre n°2 dont le procès-verbal de réception a été établi le 5 août 1865. La maison Ungerer l’a livrée accompagnée d’une table d’équation (voir ci-dessous). Installée dans les combles, l’horloge indiquait l’heure avec deux aiguilles noires sur un cadran blanc de 1,30m de diamètre et faisait sonner chaque heure une cloche unique . À l’époque, la facture s’était élevée à 810 Francs. En 1985, elle fut remplacée par une horloge électrique de la maison Prêtre de Mamirolle (25).

L’équation du temps

C’est la valeur de l’écart entre l’heure solaire vraie et l’heure solaire moyenne. Cet écart est dû au fait que la Terre se déplace sur une orbite elliptique, en ayant son axe de rotation incliné sur l’écliptique. L’écart peut aller jusqu’à environ + ou – 16 minutes. L’équation du temps est représentée sous la forme graphique orthonormé ou, par anamorphose, sous la forme d’une courbe en huit, autour de la ligne de midi, appelée «analemme».

.
.

Equation du temps
Cette courbe, reportée sur une méridienne, prend la forme d'un 8 et porte le nom d'analemme.

Tracé d’analemme calculée pour Phaffans

47°40′ Nord et 6° 56′ Est

La courbe en huit, l’analemme, est tracée autour de la ligne du midi solaire local et donne le temps moyen local. Les  mois sont indiqués en toutes lettres de part et d’autre de la courbe.

Tracé d'analemme pour Phaffans, cadran vertical
Tracé d'analemme pour Phaffans, cadran vertical

Table d’équation

Table d'équation
Table d'équation correspondante

Pour ceux qui sont intéressé par les cadrans solaires:

  • Cadran solaires, construction, décoration, Daniel Picon, Éditions Fleurus, 1988.
  • Cadrans solaires, les comprendre et les construire, Jean-Noël Tardy, Edisud, 1996 (nécessite un bonne connaissance de la trigonométrie).
  • Sur le site Internet de François Blateyron, vous pourrez importer son excellent logiciel gratuit Shadows.

Laisser un commentaire