Le monument aux morts

Article paru dans le Bulletin municipal de Phaffans N°39 de Décembre 2000

Il tient son origine d’une décision du conseil municipal sous la présidence de Monsieur Eugène Cayot faisant fonction de Maire, lequel décida, en séance du 9 Février 1919, soit 3 mois après la signature de l’Armistice, de faire ériger « sur la plus belle place publique, un monument à la mémoire des soldats de la commune morts pour la Patrie » (sic). Le Conseil vota à cet effet, une provision budgétaire de 7000 F (équivalents à 7 830€ de 2003 – source INSEE).

Le 30 Décembre 1919, sous la présidence de Monsieur Jules Lenez, Maire, en séance extraordinaire, le Conseil Municipal confirma la décision prise en séance du 9 Février 1919 « d’ériger un monument commémoratif qui perpétuera pour les générations présentes et futures, le souvenir des enfants de la Commune morts pour la Patrie ». Le Conseil pria Monsieur le Préfet de bien vouloir autoriser la Municipalité à traiter de gré à gré avec Monsieur Emile Orsat, sculpteur à Danjoutin, pour la livraison de cette œuvre d’art, moyennant la somme de 15 727,96F(équivalents à 17 324€ de 2003 – source INSEE).

Cette érection fut approuvée par décret du Président de la République du 20 Mars 1920. L’inauguration eut lieu le dimanche 5 Septembre 1920 à 11 heures, immédiatement après l’inauguration et la bénédiction de la plaque dédiée aux combattants de la Baroche morts pour la France et édifiée dans l’église de Phaffans

L’inauguration officielle de ce monument en porphyre bleu, de forme pyramidale, comportant une plaque en bronze sur laquelle sont cités les noms des 8 enfants du village morts au champ d’honneur, fut célébrée avec la participation des autorités publiques : Monsieur Laurent Thiery, Sénateur, Messieurs Miellet et Saget, Députés, Monsieur Maurice Laigut, Conseiller de Préfecture représentant Monsieur le Préfet, Monsieur Jules Lenez. maire de Phaffans, Messieurs les maires des autres communes de la Baroche Monsieur l’Abbé Joseph Dravigney, Curé de la paroisse de Phaffans. Un détachement du 35° R.l. rendait les honneurs.

Le 35e R.l. rendait les honneurs.

Peu de temps après sa construction


Le monument érigé dans l’Eglise

Quant au monument érigé dans l’Eglise de Phaffans, il est l’oeuvre d’une concertation entre les six communes de la Paroisse, suggérée par le Curé de Phaffans, l’abbé Joseph Dravigné.

Voici, l’extrait des délibérations du Conseil Municipal du 24 Octobre 1920 :

« Le Conseil Municipal, sous la présidence de son Maire, Jules LENEZ, consent à participer aux frais de la pose de cette plaque commémorative comportant les noms des soldats de la Paroisse de Phaffans morts pour la France, en communauté avec les villages de Denney, Roppe, Eguenigue, Menoncourt et Lacollonge également membres de la Paroisse. Le coû1 de cette plaque, fournie et posée par Jules Ernwein (Morvillars) est de 974,40 Frs dont 126,31 Frs pour la Commune de Phaffans ».

Dans cette plaque sont gravés les noms des 46 soldats de la Baroche morts pour la Patrie.

Les journaux régionaux de l’époque « L’Alsace » et « La Frontière » rapportèrent en détail le déroulement des cérémonies d’inauguration de la plaque commémorative de l’Église et du Monument aux Morts de Phaffans.

Vous trouverez la liste des enfants de Phaffans morts pour la Patrie dans la page du journal « L’Alsace » du 7 Septembre 1920. Malheureusement, deux autres victimes des guerres marquant la fin de l’empire Colonial français, sont venues s’ajouter en bas du monument :

  • Jean Prenat, Indochine, 15 mai 1947
  • Roger Dupré, Algérie, 26 décembre 1958

La cérémonie relatée dans la presse